Mémoires de stages

Impact des dynamiques foncières actuelles sur la gestion de l’eau à l’Office du Niger au Mali : cas de la zone de production de M’Béwani

2014Ismaël Simon Dao

Le travail a consisté à évaluer l’impact des nouvelles dynamiques foncières sur la gestion de l’eau dans la zone de production de M’Béwani en zone Office du Niger, au Mali, et proposer des solutions d’amélioration.

Les dynamiques sont premièrement l’arrivée de nouveaux investisseurs suite à l’appel fait par l’Etat malien et deuxièmement le développement des pratiques informelles. Afin d’atteindre cet objectif, nous avons effectué des enquêtes de terrain sur un échantillon d’acteurs du monde rural : les exploitations agricoles en fonction du statut (exploitations familiales et détenteurs de baux), la taille de la superficie exploitée (petite, moyenne ou grande) et des responsables maliens des structures de développement rural (agents de l’Office du Niger et du CRRA) intervenant dans la zone.

De l’analyse des résultats obtenus des enquêtes, il ressort que :

  • Seule l’arrivée de l’investisseur COVEC a été un facteur prépondérant dans le développement des pratiques informelles dans la zone de production de M’Béwani;
  • Il existe une mauvaise gestion de l’eau due au mauvais entretien des réseaux. cela se remarque chez les attributaires officiels de l’Office du Niger et les nouveaux acteurs (sous-locataires) ;
  • Les exploitants développent des pratiques informelles pour plusieurs raisons (besoins familiaux, pressions foncières, qualité des aménagements…), certaines de ces pratiques impactent négativement la gestion de l’eau.

Des solutions allant du changement de comportement des agriculteurs à l’application et/ou la révision des textes et lois régissant la terre en zone Office du Niger peuvent réduire ou circonscrire les pratiques informelles néfastes.